21 février 2007

Rue d'Anjou, Paris

Papon, sous l'occupation, n'était pas le seul à faire du zèle.

D'autres français sévissaient également...
Voici une plaque apposée rue d'Anjou à Paris près d'où je travaille, pas très loin de l'Elysée et de la place Beauvau !

Anjou

Heureusement qu'il y a ces plaques qui nous rappellent l'histoire !

Papon était également un préfet sous le régime du Général. Le libérateur de la France n'y trouvait rien à redire. Daniel Mermet nous remet en mémoire les évènements de 1961 grâce à ses rediffusions de "là-bas si j'y suis" :

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1113

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1114

Il n'y a pas si longtemps, lors du procès Papon, deux archivistes qui avaient fourni des documents à charge concernant les évènements d'octobre 1961 ont ensuite été mis au placard. C'est la preuve qu'il y a donc parmi nous, en ce moment, des personnages encore prompts à défendre leur ancien copain. Et ces personnages doivent être bien tristes aujourd'hui.

Sniff ! Et je sens bien en cet instant précis jaillir l'authentique larme de la désolation et de l'humilité  que, seul,  le saint simulateur professionnel sait si bien verser - je m'excuse auprès de J. Prévert d'avoir ainsi pillé sa prose ("La crosse en l'air" dans l'ouvrage 'paroles')

Amitiés

Posté par Geygey à 22:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Rue d'Anjou, Paris

Nouveau commentaire